Démarche

Démarche

Je me donne le droit d’être créative et éclectique.

S’il existe des approches distinctes dans ma recherche, je conserve le même «esprit»

Je suis intéressée par la condition humaine, par sa fragilité et par la force qui l’habite. Je cherche à comprendre de quelle manière la résilience des autres résonne en moi et comment je peux en témoigner dans ma création. J’utilise le langage de la peinture, du dessin et de la performance pour dégager une expérience signifiante qui donne un sens à ma quête d’absolu.

Écouter, m’intéresser à l’autre, comprendre son histoire à travers trois espaces : d’où il vient, où il est et où il va. Ces espaces qui m’apparaissent comme des métaphores de la mouvance humaine me servent de matériaux de base pour la création de mon œuvre. Chaque individu a son histoire, comment celle-ci s’articule-t-elle à travers le temps ? Le passé comme des racines, où l’histoire et la mémoire sont racontées; le présent comme un socle, comme une pierre angulaire, outil essentiel à la survie; l’éternité vue comme une architecture, une cathédrale intérieure.

Une partie de mon travail s’articule autour du monde inuit et aborde les questions liées à la fragilité de l’humain et à son environnement. À l’instar du peuple du Nord et ce dans une quête où vivre et dire ne font qu’un, j’associe une iconographie plus intime à mon expérience, mon espace.

Je visualise ma création, sur la toile, sur la feuille, les traits et  les couleurs se superposent. Je trace des lignes noires, des formes humaines, des formes minérales et des formes architecturales. En cours de travail, des imprévus surviennent et je les accueille. Des couleurs ou des effets non prémédités me surprennent. Heureux hasards qui apporteront un aspect non contrôlé à mon travail.

Pour me rapprocher davantage de l’autre, j’ai intégré à ma pratique la performance, le lavement des pieds, un geste tout simple qui n’a d’autre visée que de reprendre contact avec notre humanitude.

C’est en le pratiquant que j’ai constaté que cet acte modeste est puissant et qu’il est plus grand que ceux qui le pratiquent. Ce n’est pas seulement une gratitude d’une personne à l’égard d’une autre. C’est un geste qui devient manifestation de la vérité humaine qui n’est autre que la vérité de l’invisible, celle qui nous dépasse infiniment, l’amour.